Panel cinq sur les inégalités/iniquités de participation en classe et à la maison au temps de la Covid-19 : Urgence ou Négligence?


Le 26 juin 2020 s’est déroulé le cinquième des Panels en réseau portant sur les inégalités/iniquités de participation au temps de la Covid-19, croissantes ou émergentes, notamment quant aux décisions prises au Québec pour assurer la continuité de l’éducation formelle. Les panélistes invitées – la professeure émérite Rollande Deslandes (UQTR), la directrice Geneviève Tremblay (École St-Justin), la coordonatrice Esther St-Pierre (ÉER) et la professeure Jrène Rahm (UdeM) – se penchent plus précisément sur les relations école - communauté à savoir s’il y a eu urgence ou négligence

En premier lieu, Mme Deslandes affirme que la qualité des relations école-communauté varie selon le milieu. Par exemple, une école qui se trouve dans un milieu rural peut grandement bénéficier des mesures prises par les organismes communautaires et les OBNL aux alentours. En outre, la direction d’école joue un rôle pivot dans le développement des relations école-communauté tandis que les parents sont des médiateurs, voire des facilitateurs. Ensemble, ils aident à remédier aux iniquités. Du reste, Mme Deslandes remarque qu’elle a vu apparaitre une panoplie de ressources matérielles et humaines. Cela dit, elle se demande si les inégalités sont plus visibles dans les grands centres urbains ou plutôt dans les petits villages. 

En deuxième lieu, Mme Tremblay trace le portrait de son école. L’établissement rejoint 770 élèves du quartier, lequel a un indice de défavorisation de 7. En quatre ans, l’école a presque doublé son nombre d’élèves vu le développement d’un nouveau quartier résidentiel et la proximité d’habitations à loyer modique (HLM). Des inégalités socioéconomiques sont donc présentes malgré qu’on ressente sur le plancher une bonne cohésion sociale entre les élèves. Or, la crise de la Covid-19 a favorisé le rapprochement entre la direction d’école et les organismes communautaires de proximité. Cette collaboration a permis de desservir la nourriture dans les familles et de sonder les parents des élèves quant aux besoins technologiques pour la formation à distance de sorte à réduire les écarts. 

En troisième lieu, Mme St-Pierre brosse un tableau de l’École en réseau (ÉER). C’est une quarantaine de centres de service et plus de 600 enseignant·e·s qui y participent. À l’origine en 2002, l’idée était d’aider au maintien des écoles de petits villages ruraux éloignées en favorisant la réalisation d’activités d’apprentissage au moyen d’outils de télécollaboration. Les projets de l’ÉER incluent un nombre croissant d’experts (muséologue, bibliothécaires, scientifiques, artistes, etc.), ce qui fait en sorte que la communauté s’implique à distance et crée une médiation culturelle en réseau. Durant la crise de la Covid-19, un travail d’adaptation s’est fait avec la collaboration d’autres organismes pour mieux rejoindre les jeunes à la maison. De fait, l’évènement a généré une grande force mobilisatrice pour mettre en œuvre de nouvelles initiatives autour de l’ÉER. Bref, ç’a été un succès – essoufflant.

En quatrième lieu, Mme Rahm affirme d’une part que les organismes offrant un soutien aux immigrants se sont bien adaptés à la situation de la Covid-19. Ils ont d’abord maintenu le lien avec leur clientèle. De fait, ils se sont renseignés sur la diversité des réalités quant à l’utilisation des technologies par les citoyens immigrants (p. ex. plusieurs privilégient le téléphone à l’ordinateur) afin de garder contact). De plus, ils ont déplacé des évènements (p. ex. l’expo-sciences) sur les réseaux socionumériques au lieu de les annuler. Les organismes ont également continué le soutien académique, mais cette fois-ci à distance. Ce soutien des élèves s’étendait aussi jusqu’à la préservation de leur espace d’échange avec leurs amis même si certaines familles ne pouvaient leur fournir un accès aux réseaux socionumériques. Certes, le confinement vécu fut une occasion pour les jeunes de réfléchir à leurs habitudes de vie et de découvrir de nouveaux intérêts. D’autre part, dans les communautés autochtones très éloignées (p.ex. Nunavik, Nunavut), l’accès à Internet demeure un enjeu qui empêche les élèves de continuer leurs études. De plus, les programmes manuels dans lesquels les jeunes s’inscrivent sont difficiles à compléter adéquatement à distance, ce qui les démotive à persévérer. Sinon, les programmes éducatifs locaux (p. ex. la chasse, le jardinage) sont d’une importance capitale, puisqu’ils répondent à des besoins formulés par la communauté. 

Finalement, voici quelques points saillants repérés lors de la discussion centrée sur des possibilités à exploiter (urgence ?) ou non (négligence) :

En somme, tenir compte de l’apport du communautaire dans les réflexions sur l’enseignement hybride ou à distance et les actions à mener à des fins de persévérance et de réussite scolaires. 

 

Rédaction : Pier-Luc Jolicoeur et alexandra-marcela.espin-espinoza.1@ulaval.ca