Trajectoires langagières de femmes immigrantes au Québec : Étude qualitative auprès de femmes inscrites en francisation

Thèses

Contributeurs: 
État de publication: 
2014
Type de thèse: 
Doctorat
Université: 
Université de Sherbrooke
Résumé: 
Au Québec, suivre le cours de français de façon facultative fait partie du processus d’intégration pour les immigrants non francophones (Gouvernement du Québec, 2008). La rareté des études sur les processus d’appropriation de la langue française dans ce contexte (Bourassa-Dansereau, 2010) nous a amenée à décrire et comprendre la trajectoire langagière de femmes immigrantes. Dans notre recherche, la trajectoire langagière est constituée autour du projet personnel (Boutinet, 1998), de la motivation d’accomplissement (Nuttin, 1985) et de la socialisation langagière (Ochs et Schieffelin, 1984).

Pour atteindre l’objectif de recherche, nous avons choisi l’approche biographique dont l’une des formes d’exploitation est la biographie langagière (Cognigni, 2009). Pour ce faire, à travers deux entrevues semi-dirigées et un journal d’apprentissage nous avons suivi pendant 4 mois neuf femmes immigrantes, inscrites à des cours à temps complet dont le calendrier régulier dure 2 à 3 mois. Toutes les entrevues se sont déroulées en dehors des cours de français.

Au terme des diverses analyses, nous avons observé chez les participantes que la narration et l’écriture de la trajectoire langagière à travers les thématiques du projet personnel, de la motivation d’accomplissement et de la socialisation langagière dans et en dehors du cours de français s’inscrivent non seulement dans un processus d’alphabétisation, mais aussi dans une reconnaissance de leur culture propre, tout en étant un outil favorisant la motivation à l’apprentissage et le maintien dans les cours. À cette occasion, la thèse a permis un meilleur éclairage de leurs conditions de vie et d’apprentissage, mais surtout un autre regard sur les femmes immigrantes, actrices de leur vie, capables d’action et de changement dans leur apprentissage, malgré les divers obstacles rencontrés sur le plan personnel (perte de repère identitaire, culturel, etc.), familial (conciliation étude, éducation des enfants, l’impact du genre, etc.) et pédagogique (retour aux études à l’âge adulte, nouveau rapport au savoir, difficultés inhérentes à la langue française, etc.).
Appartenance: