Participation dans l’école

École

La réussite des apprenantes et des apprenants est aussi tributaire de la qualité du milieu de vie de l’école, entendue au sens large, soit toute institution éducative du préscolaire au postsecondaire, de même qu’elle dépend de la collaboration des acteurs compétents qui l’animent. Rousseau (2010) et Tremblay (2010) ont ainsi étudié les conditions de l’inclusion scolaire.

Par exemple, il est reconnu que la violence subie ou notée par les élèves influence le sens qu’ils attribuent à leur expérience scolaire et que cela a des conséquences sur la poursuite de leurs études. Les enseignants n’échappent pas non plus aux effets de ces conduites violentes sur la démotivation, l’anxiété, l’absentéisme (Garakani, 2015). C’est dans cet esprit que la Chaire de recherche sur la sécurité et la violence en milieu éducatif conduit ses travaux avec ses partenaires (Beaumont, 2012). Les styles de leadership institutionnels sont aussi déterminants pour la participation des enseignants à l’effort collectif déployé en vue d’assurer la réussite scolaire des apprenantes et des apprenants (Langlois et Lapointe, 2010).

Des modèles, aux orientations parfois contradictoires, tels la communauté d’apprentissage professionnelle [CaP], la communauté de pratique [CoP] et les enseignants en réseau (Laferrière, 2005) sont maintenant codéveloppés à tous les ordres d’enseignement avec la participation d’établissements scolaires et de regroupements d’enseignantes et d'enseignants plus ou moins volontaires : par ex., ceux de la CaP d’une école innovatrice de Québec, la CoP de superviseurs de stagiaires en enseignement et celle formée de professeurs de Dawson College et de McGill à Montréal. La Chaire de leadership en pédagogie de l’enseignement supérieur à l'Université Laval occupée par Paquelin (2014) traite de la persévérance et de la réussite des étudiantes et des étudiants dans des contextes contemporains d’apprentissage.

  • Le travail collectif enseignant - Une veille de l'IFÉ en 2018

    L'Institut français de l'éducation (IFÉ, France) a produit une synthèse de taille sur la participation de l'enseignant-e dans l'école, qu'il s'agisse d'interactions spontanées entre collègues à des fins d'amélioration des pratiques ou de démarches instituées et à des fins de collaboration. Pour accéder au document, suivre ce lien.

     

     

  • L'école (éloignée) en réseau, un agent interculturel axé sur la valorisation de l'éducation et la réussite scolaire à l'ère numérique

    L'école en réseau (ÉER) au Québec remonte à 2002 et s'est développée grâce à un partenariat entre le MEQ, le CEFRIO et le CRIRES. L'approche est systémique. Depuis trois ans, la région de l'Auvergne adapte ce modèle et s'en réjouit -- pour en savoir un peu plus, suivre ce lien.  Dans les prochaines semaines, des élèves du Québec auront l'occasion de participer à un MOOC où des classes francophones présenteront leur école, leur région et inviteront une autre classe ou plus d'une classe, à travailler en collaboration à partir d'énigmes régionales qu'elles auront lancées sur le MOOC.


  • Le point de vue appuyé de la FSE-CSQ et la CSQ sur le dépistage et l'intervention au préscolaire

     

    Les enseignantes et enseignants ont ... l’impression de documenter les dossiers pour ceux qui suivront (94,8 % en accord) et déplorent qu’il n’y ait pas de temps prévu dans leur tâche pour la concertation avec les autres intervenantes et intervenants qui gravitent autour des élèves (91,2 % en accord). Le document est disponible sous ce lien.

  • Le Conseil supérieur de l'éducation: Pour une école riche de tous ses élèves

    1.  PREMIER PRINCIPE : Envisager la diversité des élèves dans leur ensemble et offrir une éducation inclusive pour tous.
    2. DEUXIÈME PRINCIPE : Maintenir des exigences élevées pour chaque élève et persévérer dans la recherche de solutions jusqu’à sa réussite. 
    3. TROISIÈME PRINCIPE : Agir en amont sur les obstacles à l’apprentissage et privilégier les réponses collectives qui permettent de répondre aux besoins individuels.

  • Wenger-Trayner et la participation dans les communautés de pratique

    Lors de l'échange en français entre Étienne Wenger-Trayner et des praticien-ne-s intéressé-e-s à la mise en place et au fonctionnement de communautés de pratique à Québec en septembre dernier, celui-ci a insisté pour dire que le fait que les démarches soient initiées par le haut ou par le bas comptait finalement pour bien peu. L’important est plutôt que les acteurs soient dans le coup.

  • La réussite scolaire et éducative à l'ère du numérique

    Question: Peut-on à la fois améliorer la réussite scolaire en rendant les modèles qui ont fait leurs preuves dans le passé plus efficaces et préparer les étudiant-e-s pour les emplois et la vie citoyenne à l'ère du numérique?

  • Démystifions les données probantes en matière de décrochage

    Prévenir le décrochage au secondaire, un document américain qui vient d'être mis à jour, propose 4 recommandations:

    1. Surveiller les progrès de tous les élèves et intervenir de manière proactive lorsque les élèves présentent des problèmes d'assiduité, de comportement ou de problèmes scolaires;

    2. Fournir un soutien intensif et individualisé aux élèves qui sont tombés à l'écart et qui font face à des défis importants pour réussir;

    3. Faire participer les élèves en offrant des programmes d'études et des programmes qui relient le travail scolaire au succès scolaire et professionnel et qui améliorent la capacité des élèves à gérer des défis dans et hors de l'école; et

    4. Pour les écoles qui ont plusieurs élèves à risque, créer de petites communautés pour du suivi et du soutien personnalisés.

  • La mission sociétale et contributive des enseignant-e-s va encore plus loin!

    Lors d’un échange tenu entre partenaires de l’éducation à l’Université Laval dans le cadre des activités PÉRISCAR au début du mois de septembre, Anna Stetsenko a énormément insisté sur le fait que l’enseignement est une science beaucoup plus complexe que ce que l’on laisse parfois croire ou imaginer et qu’à ce titre, les futurs enseignant-e-s devraient pouvoir y trouver à la fois une source de fierté et de confiance, en plus de voir leur profession mieux valorisée : « Teaching is a rocket science! We must rise expectation on what we do and what we can do! ».

  • L’intelligence, un attribut considéré comme masculin par les filles de 6 ans?

    Les filles se percevraient moins talentueuses que les garçons lorsqu'elles n'ont que six ans, selon un groupe de chercheurs américains. Une étude menée auprès de 400 enfants révèle que les enfants identifiaient leur genre comme étant « intelligent », mais qu’une année plus tard, on notait des différences entre les sexes. Les filles ont alors eu tendance à choisir en plus grande proportion le genre masculin comme étant associé à l’intelligence. Des inégalités ressenties par les filles de 6 ans susceptibles d’avoir des répercussions tout au long de la vie.

  • Le CRIRES participe à la consultation nationale sur la réussite éducative

    Six propositions ont été soumises en amont, un imposant dossier de développement les appuie et des feuillets, réalisés avec le CTREQ, les résument. Sur le site du CRIRES, vous trouverez les propositions et les feuillets.