Projet de recherche : L’adolescent au coeur d’un système d’activité en contexte de Covid-19: redéfinition des routines et des relations au coeur des apprentissages (quelques résultats)

Le projet de recherche du CRIRES: L’adolescent au coeur d’un système d’activité en contexte de Covid-19: redéfinition des routines et des relations au coeur des apprentissages vise à mieux décrire le vécu des adolescents suite au confinement dû à la pandémie Covid-19 en mars 2020 et au retour en classe en septembre de la même année.  L’étude prend appui sur deux cadres théoriques soit le modèle de l’influence partagée de Epstein (2011) ainsi que sur celui de l’apprentissage expansif (Engeström, 1987-2015) où l’élève est ici considéré comme principal agent de son apprentissage et de son développement en tant qu’adolescent.

 En bref, notre recherche vise à identifier les tensions vécues par des adolescents alors que la Covid-19 les oblige à redéfinir leur rapport à la vie familiale, à l’apprentissage et à l’école : outils de médiation à ses activités d’apprenant (FAD, mode hybride, etc.), redéfinition spatio-temporelle de ses activités (ergonomie, compréhension systémique), modification des relations avec les adultes signifiants pour lui (parents, enseignants, intervenants). Ces tensions, si résolues, deviennent productrices d’une nouvelle forme d’activités. Si non résolues, elles sont paralysantes et les adolescents vivront des situations internes conflictuelles.

Le questionnaire de 52 questions qui a été créé par les chercheuses Barma, Deslandes et Ste-Marie comprenait quatre sections : 1) caractéristiques de l’élève et de sa famille; 2) l’organisation physique et scolaire de l’adolescent; 3) les perceptions sur son environnement scolaire et ; 4) les relations avec ses parents, les amis, les enseignants et les intervenants de l’école secondaire.  Les résultats préliminaires basés sur les 1057 adolescents de 37 écoles qui ont complété notre questionnaire démontrent que les adolescents ont vécu une importante baisse de motivation scolaire pendant la COVID-19.  Une grande majorité ont dit se sentir tristes et s’ennuyer de leurs amis quoique la moitié ont avoué que l’école ne leur manquait pas. Lors de leur retour à l’école en septembre 2020, un tiers des répondants ont révélé ne pas avoir été enjoués de rencontrer leurs nouveaux enseignants et presque la moitié des adolescents ont mentionné qu’ils ne sont pas restés en contact avec au moins un de leurs enseignants pendant le confinement.  De plus, un quart d’entre eux ont dit de ne pas avoir compris la matière enseignée.  Pour ce qui est de la relation avec leur famille, les adolescents ont perçu leurs mères plus stressées que leur père et certains n’ont pas pu recevoir le support affectif nécessaire de la part de leurs parents.  Pour ce qui a trait à leur routine, nos résultats ont démontré une perte d’équilibre dans leurs activités quotidiennes, soit entre les travaux scolaires, le sommeil, l’utilisation des médias sociaux et les jeux vidéo. Le projet de recherche a reçu l’approbation du comité d’éthique de la recherche de l’Université Laval (2020-286/28-09-2020).

 

Sylvie Barma, Rollande Deslandes, Nathalie Ste-Marie (respectivement chercheuses et professionnelle de recherche).

31 mai 2021