Participation école-famille-communauté

École-Famille-Communauté

Les partenariats école-famille-communauté jouent un rôle incontestable dans la PRS qu’il s’agisse, par exemple, des devoirs à la maison (Deslandes, 2009, 2013) ou des saines habitudes de vie (Rivard et Deslandes, 2013). Les facteurs qui suscitent l’engagement des parents (Bardou et al, 2010) sont connus de même que les modes de rapprochement avec l’école (Dumoulin et al, 2013); nous pouvons compter sur la participation de la Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ).

Les effets des pratiques déployées par les partenaires de la communauté, par exemple:

  • Maison Jeunes-Est, dans le programme Accès 5 auprès d’élèves à risque de décrochage scolaire, provenant de territoires défavorisés et issus de l’immigration sont étudiés par Lessard, Bourdon et Ntebutse (2014-2017);
  • Desmarais (2012b) a développé le programme de raccrochage PARCOURS;
  • Laferrière et al, (2013) ont évalué le programme Fusion Jeunesse qui vise, entre autres, à contrer le décrochage.

Sont également analysées les tensions qui surviennent dans la formation en alternance pour les jeunes du parcours régulier dont le rapport à l’école secondaire est difficile (Barma et al, 2013), de même que les différentes stratégies adoptées par des jeunes dans le cadre de collaborations avec le milieu (Rousseau et al, 2007). Le modèle École en réseau (MEESR/CEFRIO), codéveloppé avec les commissions scolaires qui administrent de petites écoles rurales, s’est révélé efficace pour hausser la qualité de la participation d’élèves en difficulté, et leur compréhension à l’écrit s’est améliorée (Allaire et al, 2015; Hamel et al, sous presse).

La gamme des usages des technologies et des ressources numériques s’étant élargie, de nouveaux contextes de participation active ont été aménagés et des chercheures et chercheurs créent des dispositifs innovants pour les apprenantEs des milieux ruraux, autochtones et urbains.

  • Wenger-Trayner : les données probantes et la participation dans les communautés

    Dans le cadre de l'échange en français entre Étienne Wenger-Trayner et des praticien-ne-s intéressé-e-s à la mise en place et au fonctionnement de communautés de pratique à Québec en septembre dernier, la question de la place devant être accordée à la recherche et aux données probantes a également été abordée.

  • Wenger-Trayner et la participation dans les communautés de pratique

    Lors de l'échange en français entre Étienne Wenger-Trayner et des praticien-ne-s intéressé-e-s à la mise en place et au fonctionnement de communautés de pratique à Québec en septembre dernier, celui-ci a insisté pour dire que le fait que les démarches soient initiées par le haut ou par le bas comptait finalement pour bien peu. L’important est plutôt que les acteurs soient dans le coup.

  • Démystifions les données probantes en matière de décrochage

    Prévenir le décrochage au secondaire, un document américain qui vient d'être mis à jour, propose 4 recommandations:

    1. Surveiller les progrès de tous les élèves et intervenir de manière proactive lorsque les élèves présentent des problèmes d'assiduité, de comportement ou de problèmes scolaires;

    2. Fournir un soutien intensif et individualisé aux élèves qui sont tombés à l'écart et qui font face à des défis importants pour réussir;

    3. Faire participer les élèves en offrant des programmes d'études et des programmes qui relient le travail scolaire au succès scolaire et professionnel et qui améliorent la capacité des élèves à gérer des défis dans et hors de l'école; et

    4. Pour les écoles qui ont plusieurs élèves à risque, créer de petites communautés pour du suivi et du soutien personnalisés.

  • La recherche activiste et à visée transformative pour une société plus inclusive

    Dans le cadre de l’échange PÉRISCAR avec les partenaires de l’éducation au début du mois de septembre, Anna Stetsenko a fait valoir la pertinence d’une recherche socialement engagée en éducation pour ne pas se limiter à transmettre les idées d’hier, mais plutôt se consacrer collectivement à préparer le monde de demain, cela de manière à être en mesure de faire face à l’importante vague de changement qui affectera tous les aspects de la société occidentale : technologies, connaissances, modes de vie. « It’s stupid and it’s dangerous to transmit just facts.

  • La mission sociétale et contributive des enseignant-e-s va encore plus loin!

    Lors d’un échange tenu entre partenaires de l’éducation à l’Université Laval dans le cadre des activités PÉRISCAR au début du mois de septembre, Anna Stetsenko a énormément insisté sur le fait que l’enseignement est une science beaucoup plus complexe que ce que l’on laisse parfois croire ou imaginer et qu’à ce titre, les futurs enseignant-e-s devraient pouvoir y trouver à la fois une source de fierté et de confiance, en plus de voir leur profession mieux valorisée : « Teaching is a rocket science! We must rise expectation on what we do and what we can do! ».

  • L’intelligence, un attribut considéré comme masculin par les filles de 6 ans?

    Les filles se percevraient moins talentueuses que les garçons lorsqu'elles n'ont que six ans, selon un groupe de chercheurs américains. Une étude menée auprès de 400 enfants révèle que les enfants identifiaient leur genre comme étant « intelligent », mais qu’une année plus tard, on notait des différences entre les sexes. Les filles ont alors eu tendance à choisir en plus grande proportion le genre masculin comme étant associé à l’intelligence. Des inégalités ressenties par les filles de 6 ans susceptibles d’avoir des répercussions tout au long de la vie.

  • Bien des emplois en mutation dans les années à venir

     

    Le rapport Working without a net du Mowat Center (Toronto, 22 nov 2016) annonce des diminutions importantes dans l'emploi au Canada vu la performance des robots qui s'accroît. Plusieurs jeunes que nous formons auront à se tailler une place à côté de l"'intelligence artificielle".

  • Le CRIRES participe à la consultation nationale sur la réussite éducative

    Six propositions ont été soumises en amont, un imposant dossier de développement les appuie et des feuillets, réalisés avec le CTREQ, les résument. Sur le site du CRIRES, vous trouverez les propositions et les feuillets.

  • Lire aux enfants, une pratique courante?

    Une étude réalisée à l'Université Stanford par Reardon et Portilla (2016) montre une réduction de l'écart entre les enfants de familles d'origines ethniques et de revenus différents (1998-2010) lors de l'entrée à la maternelle aux États-Unis.

  • Rencontre Canada/ États-Unis et Symposium international sur les approches socioculturelles (10-16 avril 2016)

    Des échanges de haut niveau et avec résonance pratique se sont poursuivis à Washington et à Québec entre des membres du CRIRES et des collègues de la Russie, Danemark, Grèce, Royaume-Uni, Brésil, Mexique, Australie, des Pays-Bas et du Québec. Plusieurs vidéos, en langue anglaise, seront disponibles.