Le décrochage d'un point de vue états-unien

Voici un exemple des synthèses de connaissances publiées par l'Institute for Education Studies (IES) à Washington et présentée sous plusieurs formats.

Si un acteur de l'éducation pense que les quatre recommandations de cette publication augmente notre savoir acquis en contexte québécois, un "gros bureau" pourrait se charger de la traduire.  En termes plus élégants, nommons ce gros bureau de traduction, un Secrétariat général de la traduction de recherches en éducation (SETERE). Ne serait-ce pas là une alternative à un institut national d'excellence en éducation?