Toutes les actualités

  • Éducation: a-t-on besoin d’un institut d’excellence?

    Selon le document encadrant la consultation en cours sur la création d’un institut national d’excellence en éducation, c’est l’option, et la seule, retenue par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur : les résultats probants et les meilleures pratiques constitueront le fonds de commerce de cet institut dont l’existence est d’ores et déjà proclamée même si le titre du document laisse croire que sa création est l’objet de la consultation. Voir le point de vue des professeur-e-s émérites Marie Larochelle et Jacques Désautels en suivant ce lien.

  • Pour une standardisation de la pédagogie au Québec

     

    Le point de vue du professeur Frédéric Saussez. Son texte, paru dans Le Devoir, est accessible en suivant ce lien.

  • Un partenaire nous renvoie à un texte de 1995: Branchons les décrocheurs

    Ce n'est pas d'hier que les technologies et les ressources numériques (ou les TIC pour qui préfèrent cet acronyme) sont vues comme d'un possible apport à la participation des élèves qui ne trouvent guère de sens sur les bancs de l'école. Voir l'article d'Audrey Miller dans l'École branchée en suivant ce lien.

     

     

  • Le point de vue appuyé de la FSE-CSQ et la CSQ sur le dépistage et l'intervention au préscolaire

     

    Les enseignantes et enseignants ont ... l’impression de documenter les dossiers pour ceux qui suivront (94,8 % en accord) et déplorent qu’il n’y ait pas de temps prévu dans leur tâche pour la concertation avec les autres intervenantes et intervenants qui gravitent autour des élèves (91,2 % en accord). Le document est disponible sous ce lien.

  • Le décrochage d'un point de vue états-unien

    Voici un exemple des synthèses de connaissances publiées par l'Institute for Education Studies (IES) à Washington et présentée sous plusieurs formats.

  • Point de vue de Christian Payeur sur le document de consultation pour un "ineé"

    La minceur de l’analyse du contexte, la faiblesse des arguments font que ce document ne soutient pas le projet qu’il propose. Dans mon esprit, tout ceci allume plus de lumières rouges que de lumières vertes. Ce qui me désole le plus dans le portrait qu’on dresse de la réussite éducative est l’absence de prise en considération de grands facteurs sociaux liés à cette réussite. Pour lire le point de vue complet, suivre ce lien.

  • Le Conseil supérieur de l'éducation: Pour une école riche de tous ses élèves

    1.  PREMIER PRINCIPE : Envisager la diversité des élèves dans leur ensemble et offrir une éducation inclusive pour tous.
    2. DEUXIÈME PRINCIPE : Maintenir des exigences élevées pour chaque élève et persévérer dans la recherche de solutions jusqu’à sa réussite. 
    3. TROISIÈME PRINCIPE : Agir en amont sur les obstacles à l’apprentissage et privilégier les réponses collectives qui permettent de répondre aux besoins individuels.

  • Stéphane Allaire: Vers une région qui contribue à l’éducation de ses jeunes en réseau

    Extrait de l'article du journal Le Quotidien: La recherche a montré depuis longtemps que la famille et l’école, en dépit de toute leur importance, ne sont pas les seuls acteurs à contribuer au devenir des jeunes.

  • L'élève moyen, une notion périmée

    C'est ce que soutient Todd Rose (2015) dans son livre The End of Average. Évidence à l'appui, il montre que nous sommes tous différent-e-s dans nos façons d'apprendre, notre façon de participer dans un environnement d'apprentissage. Il en parle (en anglais) dans cette courte vidéo.

  • Les "learning analytics", une façon d'encourager la participation des étudiant-e-s

    Le document disponible en français sous ce lien, et publié par ContactNorth, soit un organisme ontarien, fait un survol intéressant et pose de bonnes questions. Un projet FRQSC, qui réunit plusieurs chercheur-e-s du réseau PÉRISCOPE et sous la responsabilité de Louise Sauvé (TELUQ), étudie l'engagement des étudiant-e-s au niveau universitaire.