Le réseau

Le réseau PÉRISCOPE (Plateforme Échange, Recherche et Intervention sur la SCOlarité: Persévérance Et réussite) est financé par le FRQSC (2015-2020) grâce à l'appui de la Fondation Antoine-Turmel et du MEES. Le réseau PÉRISCOPE vise le croisement des perspectives de recherche et d'intervention en matière de scolarité, persévérance et réussite scolaires (PRS) et veut encourager davantage de synergie entre les acteurs. Par acteurs, nous entendons élève/étudiant-e et enseignant-e, mais aussi administrateur-rice scolaire, agent-e de liaison, parent, professionnel-le, bénévole, chercheur-e.

Son fil conducteur est la participation, et ce selon les quatre dimensions suivantes:
1) l'élève dans la classe;
2) l'enseignant-e dans l'école;
3) les parents et la communauté qui collaborent avec l'école;
4) la participation de l'école aux instances décisionnelles.

Dernières actualités

  • L’intelligence, un attribut considéré comme masculin par les filles de 6 ans?

    Les filles se percevraient moins talentueuses que les garçons lorsqu'elles n'ont que six ans, selon un groupe de chercheurs américains. Une étude menée auprès de 400 enfants révèle que les enfants identifiaient leur genre comme étant « intelligent », mais qu’une année plus tard, on notait des différences entre les sexes. Les filles ont alors eu tendance à choisir en plus grande proportion le genre masculin comme étant associé à l’intelligence. Des inégalités ressenties par les filles de 6 ans susceptibles d’avoir des répercussions tout au long de la vie.

  • Rapport annuel abrégé 2015-2016 du CRIRES

    La recherche sur la persévérance et la réussite scolaire et éducative, ça en couvre large! Alors qu'un projet de politique sur la réussite éducative se développe et que l’intérêt pour la recherche en éducation et le transfert de ses résultats s'est accru, le CRIRES publie son rapport abrégé 2015-2016 en tant qu'exemple de l'activité de recherche en la matière.

  • PISA 2015 : les résultats sont parus!

    En sciences, "À l’échelle du Canada, les élèves du Québec, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique ont obtenu des scores moyens supérieurs à ceux de la moyenne du Canada, ce qui les situe parmi les élèves les plus performants au monde." (p. 47). En lecture, les élèves québécois sont dans la moyenne des résultats des élèves du Canada (p. 48). En math, "À l’échelle provinciale, les élèves du Québec ont obtenu un rendement supérieur à la moyenne du Canada, alors que les élèves de l’Alberta et de la Colombie-Britannique ont affiché un rendement égal à la moyenne du Canada." (p. 48).

    Un gros bémol toutefois, l'analyse du biais de non réponse (taux de réponse de 51,5 %) pour le taux de réponse des écoles québécoises: "Les résultats ont montré certains écarts selon la non-réponse dans le pourcentage d’écoles anglophones, le pourcentage d’écoles publiques et le pourcentage d’écoles dans chacune des catégories de taille d’école au Québec." (p. 53).

Recherche sur la PRS: analyse de l’activité

ICI-PRS

Posez une question, un-e chercheur-e vous répondra!

Question